vendredi 5 août 2016

86, année blanche de Lucile Bordes

Au printemps 1986, le monde découvre Tchernobyl. Sous le nuage radioactif qui traverse l’Europe, trois femmes se racontent. Lucie, dans le sud de la France, se demande s’il va passer la frontière et bouleverser sa vie d’adolescente. Ludmila, dans la ville ultramoderne qui jouxte la centrale, veut croire que tout est sous contrôle dans l’invincible URSS. Ioulia, à Kiev, rêve d’indépendance et de son jeune amant français. Un moment crucial pour chacune d’entre elles, un moment crucial de notre Histoire. 


Chacun d’entre nous ne se rappelle peut-être pas comment il a appris la nouvelle, quel a été sa réaction au moment de la catastrophe. 
Lucile Bordes, donne la parole à trois femmes, chacune d'entre elle a vécu cet événement avec émotion, elle nous les raconte. En leur donnant la parole, elles expriment leurs choix,  amours et sacrifices. 
Nous sommes plongés le temps de la lecture en plein cœur du drame. Ce sont trois femmes de caractère, attachantes, parfois troublantes. Nous partageons leurs moments de vie, réflexions, visions du drame. 

Lucie  15 ans, la fille du sud, amoureuse, qui construit avec son petit frère un abri antiatomique en Lego , elle attend l'arrivé du nuage et observe la descente aux enfers de son père, licencié des chantiers navals.
Ludmilla, qui regarde fascinée, de manière inconsciente  les aurores boréales provoquées par l'incendie de la centrale nucléaire, évacuée vers Moscou  elle comprendra qu'elle ne reviendra jamais. Elle accompagnera dans la mort son mari ingénieur irradié.
Ioulia, dont le mari deviendra liquidateur. Femme d'un sacrifié pour la patrie, pour la nation, par sens du devoir. 

30 ans après, ce livre mémoire est touchant, fort, aux personnages attachants et touchés au plus profond de leur chair , un livre contre l’oubli. Un roman réaliste et émouvant .     

Un livre voyageur prêté par Leiloona de Bricabook : "Un roman essentiel, un memorandum, un linceul pour ces hommes enterrés dans des cercueils de plomb."

86, année blanche de Lucile Bordes aux éditions Liana Levi 14.50€

jeudi 28 juillet 2016

La fuite d'Ève Chambrot

C’est un homme ordinaire : comme tant d’autres, il veut gagner de l’argent, réussir. À la tête de sa petite entreprise, il mène une existence confortable. Un jour, les clients disparaissent,
les dettes s’accumulent et tout s’effondre. Dès lors, il aura une seule préoccupation : que personne n’en sache rien...

"Certains choix sont sans retour. Après eux, il n'y en aura pas d'autres, car ils tracent un chemin ou ne se dessinera plus la moindre bifurcation. Il y a un avant, il y a un après..."
Ainsi débute le roman, notre homme à tout pour être heureux, une entreprise prospère, de l’argent, une vie facile mais parfois un peu ennuyeuse. Après le mariage une vie rangée, lisse, deux filles, c’est un bon père qui a des envies de fuite.

Lui a toujours de grands projets ... Partir aux États pour y avoir une vie encore plus prospère. Elle s’occupe de tout... Ne s’occupe plus d’elle. 
Les choses ne vont pas comme il aimerait. La petite entreprise prend l'eau, coule, il empreinte un peu partout en cachette, s’endette, rien n'y fait. C’est à ce moment là que commence la spirale du mensonge. "Quand j’ai commencé à mentir à tout le monde, j’ai compris que je m’étais engagé dans un processus irréversible". 
Le doute s'installe, les choses ne vont plus, le couple vacille " le temps passe, sans apporter autre chose que de nouveaux ennuis."
Gagner du temps... Il n'a plus que ça à l’esprit.

A coup de courts chapitres de réflexions et de narrations, l'auteure nous plonge dans sa descente aux enfers, dans l'univers de cette être malsain, aux idées et solutions radicales. J'ai très été happé par cette histoire, devenu témoin impuissant du plan machiavélique mis en scène par cet esprit gangrené.

"- D'ici là, il peut se passer tellement de choses ..."

Oui ! Il se passe tellement de choses dans ce court roman, La fuite, un roman sur la folie d'un homme orgueilleux et détestable, un roman qui se lit presque d'une traite en dehors des quelques poses nécessaires pour reprendre son souffle. 

J'ai vraiment apprécié la lecture de ce roman de belle qualité qui est aussi un bel objet proposé par les Éditions Envolume

La fuite d'Ève Chambrot , Éditions Envolume 14€ à paraitre le 25 août 2016

Merci à Lara des Éditions Envolume pour cet envoi.


.

jeudi 14 juillet 2016

Des hommes de peu de foi de Nickolas Butler



Nelson, jeune scout à lunettes, passe l’été 1962 au camp Chippewa, dans le nord du Wisconsin. Au programme : veillées au coin du feu, courses d’orientation dans la forêt, bains dans le lac glacé…et soirées clandestines. Trente ans plus tard, que reste-t-il du garçon d’antan chez ce vétéran à jamais hanté par la guerre du Vietnam? 

Nelson, 13 ans clairon sur le camps scout de Chippawa, enfant solitaire, en plein apprentissage de vie. Malgré sa volonté d'intégration dans le groupe, aux yeux de tous il reste "Le clairon" un adolescent moqué. Nelson va être amené à faire des choix, suivre le groupe et le chemin qui mène à la décadence ou trahir. Doit-on être prêt à tout pour avoir des amis? Nelson peine aussi avoir une conversation avec son père, une souffrance qu'il porte jusque dans ses rêves.
Nous suivons Nelson à travers son destin et les portraits croisés d’hommes et de femmes à trois étapes de sa vie 1962, 1990 et 2019.
Année après année, il va devoir faire des choix qui ne seront pas sans conséquences.
Amitiés, amours et liens familiaux en sont les fils conducteur.

Qui est Nelson cinquante cinq ans plus tard. L'enfant souffre-douleur est devenu un héros de la guerre du Vietnam et toujours hanté par celle-ci  avant d'être porte-parole et défenseur de la bonne morale. Un homme protecteur,  fatigué portant en lui le traumatisme d'une adolescence imparfaite et d'un manque d'amour paternel.  
" Cela dit l'amour n'appartient pas au domaine de la raison . L'amour est une émotion. "

Nickolas Butler signe là avec ce  roman, le portrait d'une société qui peine à évoluer, en repli sur elle-même. A la fois dépravée, puritaine, désespérée et porteuse d'une soit disant bonne morale . Un roman que l'on ne lâche pas sans en avoir eu le dénouement.

« Les héros sont toujours gouvernés par le cœur, les lâches par le cerveau. Ne l’oublie jamais. »

Des hommes de peu de foi de Nickolas Butler aux Éditions Autrement  / 23€
A paraître le 24 août 2016

Merci aux éditions Autrement de m'avoir permis de faire cette lecture. 

  

dimanche 19 juin 2016

Deux-pièces d'Éliette Abécassis

"INCIPIT" - Premiers mots d'un texte. Ceux par lesquels l'auteur et le lecteur se rencontrent ... Pour la première fois. Cette collection propose à de grand écrivains de redonner vie à une première fois historique et d'en faire un objet littéraire personnel.
Elle était là, presque nue, devant la piscine, à Molitor. Exposée aux yeux de tous, dans ce grand “paquebot” aux façades couleur terre de Sienne, à l’architecture des années trente… ». Lors d’un défilé, la France de 1946 découvre la bombe atomique du couturier Louis Réard : le bikini. Dans le public, Gaby, une jeune fille « toute frêle, à la peau diaphane » prend des notes. Un jeune homme l’interpelle. C’est Antoine, son grand amour qu’elle n’a plus revu depuis l’Exode. Il a participé à la conception du premier maillot deux pièces…
La petite collection Incipit continue de décliner "les premières fois". Cette fois-ci, il s'agit de fêter un anniversaire, 70ans, c'est l'âge  du premier maillot de bain Deux-pièces, il est bel et bien apparu en 1946. Éliette Abécassis a choisi le roman pour traiter le sujet. Gaby et Antoine se retrouvent après de longues années d'absence,  piscine Molitor alors que le défilé-concours de maillot de bain bat son plein. Dés son apparition, il fait frémir l'assistance, stupeur, silences d'approbation, paroles de détestation. S'en suit un échange chuchoté à l'oreille empreint de nostalgie entre Gaby et Antoine, comprendre pourquoi ils se sont éloignés l'un l'autre, se raconter la guerre, Vichy, la résistance, le communisme, petit à petit la conversation nous emmène vers l'après guerre et son besoin de liberté, sur la place que pourrait prendre la femme dans la société.
Pendant ce temps, Micheline Bernardini reçoit le premier prix pour avoir porté les petits triangles de tissus de Louis Réard ingénieur automobile de son état. Ils seront  appelés Bikini en référence à l'atoll du pacifique où vient d'avoir un essai atomique. Ce bikini baptisé "Atome" pourrait bien faire l'effet d'une bombe et lancer  les premier débats sur le féminisme, la féminité et la liberté ou non de montrer son corps.


Deux-pièces, Eliette Abécassis, illustration de couverture de Thibault Balahy,  Editions Prisma, collection Incipit, 2016 12€

 





mercredi 15 juin 2016

Prix du Polar Lire en Poche/Sud Ouest 2016

Le Prix du Polar Sud Ouest/Lire en Poche qui existe depuis 2012 dans le cadre du salon des livres de poche de Gradignan  a lieu chaque année le premier week-end d'octobre. Le salon fêtera cette année ses douze ans, et aura lieu du 7 au 9 octobre prochains. 

A cette occasion, les lecteurs/internautes peuvent voter pour leur roman noir ou polar favori parmi une sélection de cinq titres d'auteurs francophones parus en poche. 
Le Prix sera remis le vendredi 7 octobre lors de la soirée d'ouverture du salon Lire en Poche 2016.  

Les romans 2016 en lice sont  :
- Franck Bouysse, Grossir le ciel. Livre de Poche Policiers, janvier 2016.
- Hervé Commère, Imagine le reste. Pocket Thrillers, septembre 2015.
- Jérôme Leroy, L'Ange gardien. Folio Policiers, février 2016.
- Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre. Babel Noir, janvier 2016.
- Guillaume Prévost, La Berceuse de Staline. 10-18 Grands détectives, octobre 2015.

Les votants,  ont la possibilité de gagner 3 lots qui seront tirés au sort :
1 invitation pour la soirée de Gala du salon le samedi 8 octobre avec tous les auteurs invités ;
1 an de lecture (soit un titre/mois, 12 polars en poche) ;
la sélection des 5 titres retenus pour le prix.

Pour voter, il faut aller sur le site de Sud Ouest du 8 mai au 10 juillet prochain.

lundi 13 juin 2016

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants de Mathias Enard

En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506, Michel-Ange sait qu'il brave la puissance et la colère de Jules II, pape guerrier et mauvais payeur, dont il a laissé en chantier l'édification du tombeau, à Rome. Mais comment ne pas répondre à l'invitation du sultan Bajazet qui lui propose- après avoir refusé les plans de Léonard de Vinci, - de concevoir un pont sur la Corne d'Or ?
Ainsi commence ce roman...
Un véritable plaisir de lecture, au point de  finir le livre par petites touches pour faire durer le retour au 21ème siècle...
Passer quelques semaines aux côtés de Michelangelo, partir  pour Constantinople, partager son quotidien, les tourments et questionnements  d'un des plus grands sculpteur, peintre, architecte, poète de la renaissance florentine. "Combien faudra-t-il d'œuvres d'art pour mettre la beauté dans le monde?"
Oui, il s’agit bien là de partager les tourments de Michel-Ange. Aurait-il dû laisser ses frères seuls à florence? Et si le pape découvrait qu'il est Constantinople pour travailler aux côtés du sultan Bajazet. 

Comment ne pas être  bouleversé par cette homme en recherche de perfection, après avoir vu le David dans  la Galerie de l'Académie à Florence. Ce pont sur la Corne d'Or qui finit par le hanter sera-t-il au final à son image?  "On y lit, la force, le calme et possibilité de la tempête. Solennel et gracile à la fois."
  
Si le pont sur la Corne d'Or  fil conducteur  du livre est très présent, il y a de belles rencontres à faire. Il y a cette Femme  danseuse , un amour, une Shéhérazade, une hombre dorée. Meshihi l'enfant de Pristina, le poète au visage d'ange, l’artiste au regard sombre, mais aussi Arslam l’obséquieux qui manigance des deux côtés de la mer.
Vous l'aurez compris j’ai très vite été happé et ai adoré cette histoire haute en couleur, aux effluves d'eau parfumée et d’épices orientales, de conspirations et de palais. 
En fermant ce livre très vite la nostalgie de Florence m'est revenue.
"Souvent on souhaite la répétition des choses; on désire revivre un moment échappé, revenir sur un geste manqué ou une parole non prononcée; on s'efforce de retrouver les sons restés dans la gorge, la caresse que l'on n'a pas osé donner, le serrement de poitrine disparu à jamais."

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants de Mathias Enard chez BABEL 7€