lundi 5 juillet 2010

Je ne vous aime pas d’Eric Cherrière

Un thriller au titre évocateur, un thriller noir, très noir, glauque, violent parfois insupportable.
Toulouse la ville rose est frappée par une série de crimes, tous plus horribles les uns que les autres. Seul le capitaine Balési pense pouvoir faire le lien entre tous ces meurtres, 41 au total. Balési, un vieux flic pitbull sans scrupule aux méthodes parfois douteuses, est prêt à tout pour arrêter ce tueur. Jean, tueur minutieux, observe et consigne dans de vieux cahiers les habitudes et derniers jours de ses cibles.
" Je remarque que je ne parle déjà plus de lui comme d’un individu mais comme d’un agrégat, un copier-coller, la composante d’une multitude. Une créature qui ne s’appartient plus mais qui appartient au groupe, non pas qu’elle s’est choisi, mais qui l’a choisie. À partir du moment où je ne vois plus l’individu mais le modèle qu’il s’évertue à être, je sais que je ne ferai plus marche arrière. Je sais que je tuerai. Je sais qu’il souffrira."
Le médecin légiste Richard, aux mœurs étranges " un homme bien surprenant". Et bien d’autres personnages encore qui vont être impliqués dans ce « Page Turner », un préfet carriériste, une douce et tendre traductrice et une bonne dizaine d’autres encore, parfois à l'esprit torturé, chacun reflet de notre société. En dire davantage serais préjudiciable à la lecture. Quelqu'un arrivera –t-il à le mettre hors d’état de nuire ?
"Le tueur sectionne le nez d’un coup de sécateur, le cartilage résiste, puis cède, les cris ne sortent pas et l’oxygène ne rentre plus. Un visage sans nez, le sang dans les herbes hautes, la victime suffoque, l’air ne vient plus… "
Difficile de dire que l’on aime ou que l’on n'aime pas une histoire aussi atroce ; les 300 premières pages sont fulgurante au rythme insoutenable au point de ne pas lâcher le livre, malheureusement le roman perd, petit à petit de son intensité. Bien écrit, parfois un peu cliché, Eric Cherrière provoque en permanence le lecteur. Quant à la fin, elle apparaît un peu expediée, elle n’a pas de saveur, pas le goût amer des 400 pages précédentes.

Un premier roman prometteur à ne pas mettre entre toutes les mains.

Le cherche midi - 483 pages - 19.00€
ISBN : 9782749116389

11 commentaires:

  1. Hum...je vais effectivement passer mon tour sur ce coup là !

    RépondreSupprimer
  2. Bon ben je ne sais pas ce que je fais du coup... On verra plus tard :D

    RépondreSupprimer
  3. Peut-être un peu trop violent pour ma petite personne. Je passe et j'attends le prochain de cet auteur.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré ce roman... Il faut dire que dès qu'on tombe dans le glauque, je suis très bon public! Et contrairement à toi, j'ai beaucoup apprécié la fin, notamment cette dernière page magistrale!

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien quand c'est glauque ! Mais je vais me contenter d'un emprunt à la biblio (s'ils l'ont), au cas où je serais moi aussi déçue par la fin !

    RépondreSupprimer
  6. please watch & subscribe
    http://bookofstaterecords.com/
    for the greatness og telugu people.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour le partage, nous réjouissons de votre prochain article à écrire mieux, je vous souhaite une vie heureuse.

    RépondreSupprimer
  8. This is most interesting blog.I like it very much.Keep doing the same.I know some information about HIV which we should always be aware of.

    RépondreSupprimer
  9. This is a really superb book. Thank you for sharing this...keep it up.

    RépondreSupprimer
  10. Après avoir lu ce roman, j'ai eu peur de l'obscurité.Comme la douleur que je ressens dans mon esprit avec des ciseaux coupe scène particulièrement le nez. mais je suis toujours à la lecture :))

    RépondreSupprimer